Accueil > Les croyances > Le développement
Le développement

« […] et si le « développement » faisait parti de notre religion moderne ? » Gilbert Rist

Il est difficile d’échapper à l’emprise du mot « développement ». Le développement est la proposition rabâchée par l’ensemble des dirigeants, des institutions internationales, et il est censé donc apporter à tous bonheur et prospérité.
La direction est sans ambiguïté, et les populations sont classées sur une échelle simple allant des plus « développés » au moins « développés ». La liste des qualificatifs est longue autour du mot développement : « sous-développement », « en voie de développement », « développement humain », « développement durable », etc.

Pourquoi le mot « développement » est-il incontournable et rallie tous les suffrages? Quel est l’histoire de ce mot ? En quoi participe-t-il à la mythification de notre époque moderne ?

Télécharger l'image

Si on faisait un micro-trottoir pour demander aux gens ce qu’ils pensent de la pauvreté de telle population d’Afrique, d’Asie, ou d’Amérique du Sud, la réponse la plus courante serait « Ils sont sous-développés » ou « Ils n’ont pas encore bénéficié du développement »

Le développement a des vertus magiques, il règle le problème de la pauvreté ou de la misère d’un seul mot. Mais on ne sait plus trop ce qu’il signifie, et chacun serait bien en peine de lui donner une définition précise. Le développement a ainsi la caractéristique d’un mot plastique, au sens que lui donne le linguiste Uwe Pörsken, c’est à dire « d’avoir appartenu d’abord à la langue courante, où il possède un sens clair et précis (le développement d’une équation), d’avoir été ensuite utilisé par la langue savante (le développement des espèces selon Darwin) et d’être aujourd’hui repris par la langue des technocrates dans un sens si extensif qu’il ne signifie plus rien, sinon ce que veut lui faire dire le locuteur individuel qui l’emploie. »
Et ce qu’on veut lui faire dire couramment aujourd’hui, c’est qu’il est la réponse à tous nos maux, et qu’il représente le sens de l’histoire.
Ainsi, pour le politologue Gilbert Rist, « Le développement n’est pas un choix mais la finalité et la fatalité de l’histoire ». Si le développement a un tel pouvoir, c’est qu’il est plein d’espoir, n’a pas de connotations négatives, et au fond ne meurt jamais : il nous invite au développement sans fin, à l’instar de la croissance économique sans fin.

Voir aussi

La croissance économique sans fin sur une planète finie, est tout simplement impossible. Un enfant de 12 ans peut comprendre cela .
Cependant la croyance dans une croissance économique apportant paix et prospérité à tou ...

L'actualité en parle

La disparition de Claude Lévi-Strauss

07/11/2009

Le journal Le Monde, dans son édition du 5 novembre 2009, consacre un excellent et large dossier au célèbre anthropologue Claude Lévi-Strauss.

L'aide au développement en question

01/12/2008

Une réaction au dernier article de Jean-Pierre Tuquoi paru dans le Monde du 11 nov. sous le titre « Une expérience concluante pour 80 villages africains ? »

O...

 
Pour en savoir +
Le développement : histoire d'une croyance occidentale, par Gilbert Rist
Un ouvrage référence sur le "développement"
Survivre au développement par Serge Latouche
Un tour d'horizon facile et rapide sur les impasses du "développement"
La fin du développement par François Partant
François Partant, un banquier et économiste précurseur...
La grande implosion par Pierre Thuillier
Un livre écrit en 2081 qui explique l'écroulement de la civilisation occidentale au début du XXIème siècle
L'idéologie du développement par les Renseignements Généreux
Très bonne brochure didactique, facile d'accès (téléchargeable sur le Web) http://www.les-renseignements-genereux.org
  Haut