La finance

Le secteur financier illustre parfaitement la démesure de l’économie mondialisée.
L’économie a imposé sa logique à toute la planète, et la finance s’est placée au sommet de ce système de domination absolu et sans égal dans l’histoire de l’humanité.

Ce secteur traduit ainsi tous les excès d’un modèle intenable, et sera probablement à l’origine de la fin de l’économie de marché.


Télécharger l'image

Gigantisme des banques, profits illégitimes, opacité des comptes caractérisent les dérives logiques du système financier.
Si l’économie mondiale tend à remplacer nos démocraties, (dites représentatives) par des oligarchies – pouvoir politique détenu par une élite-, la finance, quand à elle, encourage la ploutocratie – pouvoir politique détenu par les riches.

Bien entendu, les banquiers et les personnes travaillant dans le domaine financier, ne sont pas les seuls responsables, c’est l’ensemble du système qui est à remettre en cause radicalement, et chacun est concerné. Comme tous les pouvoirs hégémoniques, la finance diffuse ses évidences, présentées comme du bon sens commun, voire des lois relevant de l’ordre naturel. C’est grâce à ces fausses évidences, propagées avec complaisance par les relais du pouvoir, qu’insidieusement celles-ci perdurent sans qu’on puisse analyser le fond du problème.
Les crises régulières du système et les remèdes inefficaces proposés, illustrent parfaitement ce principe. La « libre circulation de la monnaie » fait parti de ces règles présentés comme absolument nécessaires au bon fonctionnement de l’économie, et donc à la prospérité et au bonheur des populations habitant la planète.
Rien de plus faux pourtant que cette affirmation, et celle-ci est à la base de toutes les dérives du secteur. Mais il semble a priori totalement inconvenant de discuter du principe de « liberté », ni de la « monnaie », moyen fort commode d’échange. Personne n’aurait envie de se priver de « liberté » ou de se limiter au « troc » pour ses échanges. Le bon sens commun a parlé et si ce n’est pas suffisant, les économistes useront de métaphores en comparant, par exemple, la libre circulation de la monnaie à celle du sang dans le corps humain.

En réalité, la libre circulation de la monnaie sur la planète détruit les économies locales, favorise le pillage des ressources naturelles, et précipite les populations dans la misère.
Réduire très significativement la libre circulation de l’argent sur la planète, rendrait à la monnaie toutes ses vertus pratiques en soutenant le commerce essentiellement à une échelle locale.

L’argent libre a stimulé une économie mondiale destructrice, et la finance a pris le pouvoir sur l’ensemble des économies.

Voir aussi

La prolifération des paradis fiscaux et leur utilisation de plus en plus large par les entreprises représente un danger majeur pour l’économie et la démocratie. Leur existence est en complète contradiction avec les objectifs d ...

L'actualité en parle

Le 39ème forum économique mondial de Davos

01/02/2009

Qui nous a mis dans cette panade ?

Le dessinateur Chapatte nous montre l’élite économique et politique de la planète se renvoyant les responsabilités de la crise au...

 
Pour en savoir +
Un monde sans loi par Jean de Maillard
Un ouvrage illustré et didactique pour montrer les connexions entre l'économie légale et l'économie criminelle
Le rapport censuré par Jean de Maillard
La finance sur le toit du monde
Révélations
L'affaire Clearstream, et l'opacité des chambres de compensation. Du même auteur, lire également "La boîte noire".
L'argent dette de Paul Grignon
Une vidéo bien faite sur le pouvoir de création d'argent fictif par les banques http://www.vimeo.com/1711304
  Haut