Accueil > Blog > Le lobby des agrocarburants fait sa pub dans Le Monde
Le lobby des agrocarburants fait sa pub dans Le Monde
le 14/12/2008

Dans Le Monde du 10 décembre 2008, un lobby agricole français, France betteraves, a acheté une pleine page de publicité pour vanter les mérites du bioéthanol de betterave. Cette publicité totalement mensongère est indirectement financée par le contribuable.

Télécharger l'image
 

Il faut rappeler que l’agriculture céréalière est largement subventionnée par les pouvoirs publics.
Ainsi, les « centaines de millions d’euros d’investissement » annoncées glorieusement, correspondent en fait d’investissement, à nos impôts.
« Les milliers d’emplois créés » sont, en réalité, les emplois déjà existants que la filière betterave souhaite sauvegarder grâce à la manne publique. Par ailleurs, il ne suffit pas qu’une activité produise des emplois. Il convient également de se poser la question de leur sens et de leur apport pour la collectivité. Sinon, les mines anti-personnel, les bombes à sous-munition peuvent aussi se justifier à travers les emplois nécessaires pour leur fabrication !
« Une production non délocalisable ». Après les emplois subventionnés sauvés, voilà qu’on nous garantit qu’ils ne sont pas délocalisables. La belle affaire ! Il vaudrait mieux reconvertir la filière et les emplois de cette monoculture intensive, destructrice des sols, néfastes pour la biodiversité, et la consacrer à produire des aliments ayant une utilité pour l’autonomie agricole de la France.
A ce titre, notre bétail, comme dans toute l’Europe, est nourri majoritairement avec du soja fabriqué sur le brûlis de la forêt amazonienne. Le remplacement de la betterave par du soja, ou tout simplement revenir au pâturages d’antan, pour nourrir nos animaux, serait une reconversion bénéfique tout à la fois pour l’environnement, pour les emplois agricoles français et brésiliens, et enfin pour la souveraineté alimentaire aussi bien du Brésil que de la France.
« 60% de CO2 en moins dans l’atmosphère » est un faux argument, car il a été démontré que l’ensemble des agrocarburants (en dehors de l’éthanol de canne à sucre) participait plus au réchauffement climatique que les moteurs à essence. La production de betteraves utilise massivement des engrais azotés, à base de pétrochimie, et envoie dans l’atmosphère le NO2, puissant gaz à effet de serre.
« Un carburant moins cher ». Faux. Mais quel que soit le prix proposé au consommateur (dépendant fortement de subventions ou de mesures fiscales spécifiques), cet argument n’a plus de sens au vue des inconvénients rédhibitoires des agrocarburants.

Commentaires


Voir aussi

L’industrialisation et le la loi du « Marché » appliquées à l’agriculture, traduisent tous les excès et les incohérences d’un modèle de société insoutenable et inhumain.
Les conséquences sont bien visibles et ef ...

Pour ceux qui y trouvent un intérêt financier, les agrocarburants sont présentés comme une énergie renouvelable, propre et non polluante.
Face à l’inévitable épuisement des ressources fossiles (pétrole, gaz, charbon), l ...

S'abonner
Lettre d'informations

Renseigner votre email pour recevoir par mail les nouveaux billets (envoie tous les 7 jours) :

 

  Haut