Accueil > Blog > Corruption économique et ententes délictueuses
Corruption économique et ententes délictueuses
le 17/12/2008

Deux articles parus dans Le monde du 17 décembre 2008 mettent en évidence des affaires de corruption et d’ententes délictueuses à grande échelle.

Télécharger l'image
 

Siemens devra débourser près de 1 milliard d’euros pour des faits de corruption. Mais comme le souligne Le Monde, la réaction de Peter Löscher, président de Siemens laisse pantois : « Je suis heureux et soulagé que nous ayons atteint ce résultat fantastique en un temps record. C’est le plus beau des cadeaux de Noël ».

Il est vrai que le président actuel de Siemens n’est pas concerné par les malversations passées de l’entreprise, dont le coût actuel se chiffre déjà à plusieurs milliards d’euros en intégrant les différentes amendes et les frais de remise aux normes des comptes. Cependant, la décence aurait dû commander à Peter Löscher de faire profil bas, plutôt que d’afficher son contentement, compte tenu du règlement très favorable pour l’entreprise.

Autre grande entreprise épinglée dans une affaire de cartel de négoce d’acier, ArcelorMittal a été ainsi sanctionnée pour plus de 300 millions d’euros. L’enjeu, pour ArcellorMitall et d’autres entreprises du négoce de l’acier, était de s’entendre sur les prix et de se répartir les clients. Ce détournement du principe de marché libre et concurrentiel, a fonctionné durant 5 ans sur le marché français, et a causé un dommage à l’économie chiffré à plusieurs centaines de millions d’euros, selon le Conseil de la concurrence.

Les affaires révélées par les différents « gendarmes » du Marché ne représentent qu’une infime partie de la corruption et de la triche pratiquées massivement par les grandes entreprises. Plus une entreprise pèse sur son secteur, plus elle aura les moyens de détourner la compétition économique à son profit. Cela ira des actes de triches sans équivoques, tels que ceux évoquées dans ces articles (mais rarement découverts compte tenu des moyens ridicules des organismes de contrôle), jusqu'aux moyens plus subtils jouant sur la complexité et les « trous » de l’économie mondiale, tels que les situations de monopole de fait ou les paradis fiscaux.

La globalisation économique tend structurellement à la déviance, car, dans le pire des cas, les amendes infligées, pour les maladroits qui se font attraper, seront perçues comme « un beau cadeau de Noël », car laissera somme toute, un solde de compte positif pour l’entreprise.

Commentaires


Voir aussi

La quête du Graal pour une entreprise dans sa recherche effrénée de profit, c’est la situation de monopole.
Le monopole permet à l’entreprise d’imposer sa volonté aussi bien à ses fournisseurs qu’à ses clients. ...

S'abonner
Lettre d'informations

Renseigner votre email pour recevoir par mail les nouveaux billets (envoie tous les 7 jours) :

 

  Haut