Accueil > Blog > « La guerre est le terrorisme des riches » Peter Ustinov
« La guerre est le terrorisme des riches » Peter Ustinov
le 02/03/2009

Le dessin de Chappatte paru dans le Temps du 28 février nous montre le président Obama invitant ses soldats à quitter l’Irak pour rejoindre l’Afghanistan.

A 1ère lecture, cela pourrait passer pour un apaisement des conflits à l’échelle planétaire puisqu’il s’agit de refermer une guerre fortement critiquée et unilatérale mené par les Etats-Unis pour poursuivre une guerre approuvée par l’ensemble des puissances « démocratiques » occidentales.

Mais le dessin de Chapatte nous montre judicieusement que les soldats ne font que passer des décombres d’un territoire à un autre.

Télécharger l'image
 

De même, le portfolio intitulé « Les images d’Afghanistan font penser à celles de la guerre d’Algérie », paru sur le site internet du Monde, nous ramène à la réalité de toutes les guerres et de la manipulation des images par le pouvoir (http://www.lemonde.fr/archives/portfolio/2009/02/27/les-images-d-afghanistan-font-penser-a-celles-de-la-guerre-d-algerie_1161045_0.html).

Cette comparaison saisissante avec la guerre d’Algérie, a été réalisée par Laurent Gervereau, président de l’institut des images et auteur de « Montrer la guerre ? Information ou propagande ».

L’élite politique, l’élite intellectuelle médiatisée, nous font croire que la guerre de l’Afghanistan est juste, représente la défense des nobles idéaux de la démocratie, du progrès ou de la liberté contre le totalitarisme et l’obscurantisme.
Au 19ème siècle, nous tenions la même rhétorique pour justifier la colonisation. Là, il s’agissait de faire avancer la civilisation contre les barbares ou les sauvages.

Faudra-t-il attendre la fin du XXIème siècle pour reconnaître que le terrorisme et la chasse à Ben Laden n’était qu’un prétexte pour envahir l’Afghanistan ?
Que l’enjeu pour l'occident était de contrôler un carrefour stratégique, de tout temps, entre l’Est et l’Asie ?
Que la route de la soie était devenue celle du gaz ou du pétrole, venant entre autres du Turkménistan ?
Que l’invasion occidentale avait conduit au développement exponentiel du trafic de la drogue ? Etc.

Comme le dit justement le linguiste Noam Chomsky « On a tort de penser que le terrorisme serait l’instrument des faibles. Comme la plupart des armes meurtrières, le terrorisme est surtout l’arme des puissants. Quand on prétend le contraire, c’est uniquement parce que les puissants contrôlent également les appareils idéologiques et culturels qui permettent que leur terreur passe pour autre chose que de la terreur. »

Commentaires


S'abonner
Lettre d'informations

Renseigner votre email pour recevoir par mail les nouveaux billets (envoie tous les 7 jours) :

 

  Haut